Nulle part
(
un lieu dans le vide)

 

 

Un autre. 2

Capitalisme. 6

Valeur. 18

Et aussi 40

Encore ! 76

Eut

 

courriel

Piécette 1

Piécette 2

 

 

 


Un autre

 

Avoir, oui, c’est cela.

 

N’est-ce pas là, finalement, ce qui reste, après que tout ait été vécu ?

 

Croire que la saison fera la fuite. Sordide isolement : le résultat de ces gens qui chez eux, passent leur temps sur leurs machines. Là est l’avoir ! Acre surgissement du réel. J’en suis aussi de ces éberlués du contemporain. Malgré soi, de soir en soir ? pas sûr : facilité de n’être plus le social du monde.

 Habits qui s’en vont aux fils des reins.

 

Tandis que dans les transports de banlieue, aux parisiens persuadés que là ne vivent que beurs balbutiant leur borborygmes, les cernes se vivent aux sons des heures considérées du haut des tours comme officiellement trente cinq.

Tant de tentes vivent dans l’attente !

 

 

Qui eut se perd de n'avoir plus! 

 

  

 

 

 

 

                                                                      

 

Capitalisme

 

Comment gagner 2 Euros Européens (puisque c’est la mode) à partir d’1 ? c’est le système capitaliste.

 

Vous achetez une force de travail, à sa valeur de reproduction et vous possédez le travail, en terme de temps de travail dont vous disposez. La différence entre le prix de la quantité de travail nécessaire à la reproduction (physique, mental, etc.) est ce qui vous revient : la plus-value. Aujourd’hui, la reproduction d’une européen est plus onéreuse que celle d’un asiate : achetez-vous l’asiatique, et vendez à l’Européano-américain ! C’est le principe de la mondialisation, directement issue d’une logique parfaite des principes capitalistes !

 

Le XXIième : petit frère du XIXième, il suffit d’une permutation !

 

Mais on fait mieux : on peut aussi acheter du temps de travail qui ne fructifiera que demain, lorsque le résultat du travail aura donné ses fruits (compressés). C’est l’inscription dans l’information (au sens large). Lorsque l’infoconcepteur n’est plus là, le fruit de son travail continue de fructifier pour celui qui a acheté sa quantité de reproduction momentanée. L’entreprise moderne peut alors prospérer.

 

                                                                      

 

Valeur

 

Les transformations techniques du travail auxquelles nous assistons nous conduisent à redéfinir certains concepts. Le capitalisme de type tayloriste fait place à un nouveau type de mode de production, où la place de la machine sur le travail humain devient sans cesse croissante. L’informatique, la robotique, remplace la main vivante de l’homme. Les produits eux-mêmes présentent une part croissante de technique dans leur objet même. Jusqu’aux produits informatique (logiciels) dont l’usage n’a plus que son aspect abstrait.

 

Ce qui réunit ces différentes modifications est l’information. La question posée est alors l’influence de ces modifications sur la valeur même des produits, ainsi que sur le processus de création de survaleur.

 

Valeur comme quantité de travail : autrefois.

Classiquement, par delà les valeurs d’échange d’une part, qui correspond au prix, et d’usage d’autre part, comme soutien matériel de  la première[i], la valeur au sens marxiste se mesure par une quantité de travail, par la quantité de travail totale incluse dans la fabrication du produit.

 

Valeur comme qualité d’information : aujourd’hui.

Ce qui était vrai au dix-neuvième siècle a aujourd’hui été modifié par les technologies nouvelles permettant d’intégrer du travail intellectuel. La valeur d’échange n’a pas été modifiée, toujours traduite sous forme monétaire, quel que soit son support, par contre la valeur d’usage s’est étendue aux objets immatériels, c’est-à-dire que le substrat est matériel et immatériel. Mais la modification majeure se situe au niveau de la valeur, qui ne peut plus seulement être considérée comme cristallisation d’un temps de travail.

 

Pseudo-valeur imaginaire : celle des spéculateurs, ou des médias. Ou comment faire fructifier le non travail par la manipulation.

 

Le système a alors pour but de créer de la plus-value à partir du non travail. Créant l’illusion de la valeur là où elle n’est que dans la tête de celui qui y croit. Croissance capitalistique du capitalisme dans sa dernière phase. D’abord faire fructifier le travail passé de ceux qu’il a éliminé (licenciés) en privilégiant la création de produits d’information, de conception, ne nécessitant pas la présence des créateurs. Puis, dans un second temps, basant la valeur sur la non création pure : l’imaginaire de l’acheteur étant le producteur premier de la valeur elle-même.

 

Ainsi NOCP [F1] peut être accompli ! Les humains hors marché peuvent alors être détruits, afin de faire augmenter le taux de profit.

 

En savoir plus ?

 

Questions subsidiaires ou intérêt pour une publication inédite ?

 

                                                                      

 

Et aussi
 

Voir l’adresse courriel : pascal fourvel, pour en demander des exemplaires.

 

 

 

 

Mots dits.  Quelques essais  décrivent le pensé en mouvement :

 

*  L’Ultralibéralisme est un totalitarisme

 

*  Incidence de la valeur d’information dur l’évolution du taux de profit

 

à voir, si l’on veut ! :  N

 

 

Des lectures, repères fondamentaux :

 

*  Le Capital  -  Marx

L’incontournable absolu

 

*  L’Empire de Hardt et Négri

Récent ouvrage à lire

 

*  Le Nouvel esprit du Capitalisme de L. Boltanski et E. Chiapello

 

 

 

 

                                                                      

 

 

 

Encore !

 

 

C’est ce qu’ils dirent. C’est ce que je tais.

 

Nocp, toujours actif, veille. FMI, OMC, CE, Banque Mondiale : les organismes de la destruction systématique et systémique des populations.

 

Lorsque la concurrence à tout prix est le travail sans frein de la pulsion monopolistique.

 

L’aliénation du contemporain : comment croire avoir, ne rien pouvoir, paraître avoir et ne pas être. A la fin, n’être plus rien que l’illusion d’avoir.

 

 

                                                                      

 



[i]       Karl Marx, Le capital, Livre I,  Chapitre premier.


 [F1] New Original Crime Paradigm : Cf. Emil Georg